la nouvelle Barbie avec trisomie 21 casse les codes

avril 30, 2023 / Comments (0)

sans catégorie

Après des Barbie en fauteuil roulant ou amputées, une Barbie avec trisomie 21 ! Objectif : « mieux refléter le monde qui nous entoure ». Eleonore Laloux, conseillère municipale avec trisomie 21, est l’un des visages de cette poupée inclusive.

Au moment où l’une d’elles fait la une du célèbre magazine Vogue UK en mai 2023 (Lire : Vogue : 5 femmes handicapées en une pour « recadrer la mode » ), les femmes avec trisomie 21 font leur entrée dans la collection Mattel. Le 25 avril 2023, la société de jouets américaine annonce la sortie d’une Barbie avec trisomie 21 qui vient compléter la gamme « Fashionistas 2023 ». Cette nouvelle poupée vise à « encourager les enfants à se raconter encore plus d’histoires » et à « mieux refléter le monde qui nous entoure ».

Développer la compréhension de la différence

Les premières expériences d’un enfant contribuent à façonner ses perceptions et sa manière de penser le monde, et Barbie peut jouer un rôle important dans ce processus. « Lorsqu’ils jouent avec ces poupées, ils recréent ses rêves et imagine qu’il peut devenir tout ce qu’il veut », estime Mattel. « Notre objectif est ainsi de permettre à tous les enfants de se reconnaître en Barbie, tout en les encourageant à jouer avec des poupées qui ne leur ressemblent pas ». « Cela peut développer leur compréhension de la différence et leur sens de l’empathie, contribuant ainsi à un monde plus tolérant », explique Lisa McKnight, vice-présidente exécutive et responsable mondiale de Barbie.

Les associations engagées dans le processus de création

Afin de s’assurer que cette poupée représente fidèlement les personnes avec trisomie 21, la marque a travaillé en étroite collaboration avec la National down syndrome society, une organisation qui vise à leur donner les moyens d’agir, en leur fournissant des ressources, en cherchant à susciter des changements politiques et en s’engageant auprès des communautés locales. Les conseils et les expériences concrètes de la NDSS ont influencé la conception de la poupée tout au long du processus, de son apparence à ses vêtements, en passant par ses accessoires ou encore son emballage. Résultat, elle affiche un visage plus arrondi, des oreilles plus petites, une arête nasale plate ainsi qu’une plus petite taille et un buste plus allongé. Elle porte également des orthèses tibiales roses assorties à sa tenue, que certains enfants trisomiques utilisent pour soutenir leurs pieds et leurs chevilles, et ses baskets sont dotées d’une fermeture éclair. Autre détail d’importance : son pendentif rose avec trois chevrons tournés vers le haut, qui représentent les trois exemplaires du chromosome 21, le matériel génétique à l’origine des caractéristiques associées à la trisomie 21.

Eléonore Laloux, ambassadrice française

Afin de célébrer le lancement de cette poupée, des ambassadrices européennes ont été désignées. Parmi elles, Eléonore Laloux (en photo ci-contre), conseillère municipale déléguée à la transition inclusive et au bonheur à Arras (Pas-de-Calais) et autrice, sacrée chevalier de l’Ordre national du mérite en 2021 (Lire : Eléonore, 1ère jeune femme avec trisomie sacrée « chevalier »). « C’est formidable que cette Barbie ait trouvé sa place dans la gamme, tout comme j’ai trouvé ma place dans la société. Je veux partager mon expérience et montrer au monde que l’on peut vivre heureux avec une trisomie 21 », déclare-t-elle. Ellie Goldstein, mannequin britannique, et Enya, mannequin et influenceuse néerlandaise, ont également été choisies pour promouvoir cette Barbie inclusive.

175 apparences différentes

Se définissant comme « la poupée la plus inclusive du marché », avec plus de 175 apparences et un large choix de couleurs de peau, d’yeux et de textures de cheveux, de morphologies, de handicaps et de styles différents, Barbie entend depuis plusieurs années briser les diktats de la beauté. Exit la grande blonde aux cheveux lisses, mince, au teint porcelaine et aux jambes interminables ! Les nouvelles Barbie sont atteintes de vitiligo, en fauteuil roulant, munies d’une prothèse de jambe ou d’appareils auditifs ou encore chauves. Une petite révolution pour promouvoir l’inclusion par le jeu.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr »


Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *